Le capital

Publié le 28 Août 2012

Le capital

Lu dans l'article de RTL.be

" Le premier, mis en scène par Costa-Gavras, permet à Gad Elmaleh de se glisser dans la peau du patron décadent, cynique et sans scrupule d'une banque européenne, devenue l'objet de l'attention cupide d'un fonds d'investissement américain. "

Le film qui sortira en fin d'année 2012 est sélectionné pour le festival de San Sebastian (...bon, pourquoi pas).

Je me souviens d'avoir lu le livre d'Osmont, l'homme au pseudo transparent. dont on peu penser ce qu'on veut, même que Tourneuillerie, son héros de Président, c'est lui ( ça vaut bien une Bovary, hein Gustave). J'ai beaucoup ri (jaune), beaucoup opiné, beaucoup fait la moue : la peinture des caractères est grasse mais juste, le style aussi souvent. Costa-Gavras nous promet d'éviter le grand Guignol : cela va être dur, on n'échappe pas à son époque ... mais c'est l'intention qui compte.

Je relis le livre. Je verrai le film.

Un patron décadent, cynique et sans scrupule ? Non, décidément, la vérité est ailleurs. Cherchons bien et plutôt dans la critique à la charge de la corporate gouvernance qui tenait (et tient toujours) ses adeptes comme une danse de Saint Gui.Ne serait-ce pas en cela que malgré tout, ce roman avait sa qualité ?

Repost 0
Commenter cet article