Petits jeux d'élasticité pétrolière

Publié le 28 Août 2012

Petits jeux d'élasticité pétrolière

Cher Monsieur Didier,

votre démonstration de l'incidence fiscale sur les courbes élastiques du marché de l'offre et de la demande pétrolière est rondement menée sous l'égide d'un postulat que vous nous annoncez d'entrée : celui de la concurrence parfaite ou quasi-parfaite, pour les besoins de la démonstration nous dites vous.

C'est justement ce postulat qui pose problème car ce que vous nous démontrez ensuite c'est justement qu'il n'y a aucune concurrence sur ce marché, pire que l'offre fait le prix de marché, s'imposant au consommateur (directement sous forme de prix et indirectement sous forme d'impôt).

C'est cette fiction du modèle de concurrence parfaite qui piège 2 des 3 parties prenantes de ce marché.

D'autant qu'on occulte comme vous le faites ici le fait que le marché en question n'est pas celui du BRENT mais du PETROLE RAFFINE. Il n'y a donc pas 3 parties prenantes mais 4 parties prenantes selon qu'on considère les compagnies pétrolières dans leur rôle d'extracteurs ou dans leur rôle de raffineur ( eh oui, il faut bien simplifier pour le peuple ignorant ...) ...

Evitons donc ces petits raccourcis qui font consensus entre experts et remettons donc les choses dans l'ordre : le prix ne se forme pas sur ce marché mais s'impose ... non du fait du pouvoir de négociation des producteurs (extracteurs ou raffineurs) mais du seul fait des volumes consommés.

Puisque le curseur est du côté du consommateur, c'est donc qu'il y a peut-être quelque chose à tenter ...

Une altenative s'impose donc aux pouvoirs publics :

- ou ils contingentent la consommation pour maintenir un niveau de prix et un niveau de collecte fiscale soutenables et ils commencent à imprimer les tickets de rationnement,

- ou ils s'imposent comme acheteur unique du pétrole raffiné sur le marché domestique, sorte de centrale d'achat nationalisée qui redistribue ensuite à un prix encadré à des distributeurs privés qui ne pourront en aucun cas être (ou être filiale) de ces grands groupes extracteurs et raffineurs qui ont leurs intérêts du côté producteur.

L'Etat deviendra le négociateur à l'entrée de son marché du prix HT des produits raffinés sur lequel il prendra sa marge fixe de grossiste ( équivalente maitrisée de la TICPE) et il prélèvera simplement sa TVA sur le prix HT à la pompe du distributeur.

Et quel meilleur négociateur que cette super centrale d'achat que sera devenu l'Etat sans pour autant nuire à la liberté du commerce à l'intérieur des frontières ? Il centralisera les consommations du pays dans son entier. La courbe de l'offre devrait retrouver un peu de son élasticité, il me semble ...

Voilà, cher Monsieur, comment on peut remettre chacun à sa place, faire baisser le prix du pétrole, augmenter les revenus de l'Etat et clarifier ce monde opaque de l'Or Noir en séparant les hommes du Brut de ceux de la distribution de carburant ?

Un peu comme Monsieur Cyclopède, étonnant, non ?

Bien à vous

PS : un conseil, fuyez les consensus d'a-priori, ils empêchent de penser ...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article